N° 2 - Les systèmes de tranchées

28 février 1916. Chambrée de soldats français dans l'abri souterrain de La Marnière, à Neuville-Saint-Vaast (Pas-de-Calais).
ECPAD - DR

Les belligérants n’ont pas cessé de creuser pendant les quatre années du conflit, aménageant des milliers de kilomètres de tranchées et de boyaux de liaison. Ce sont des systèmes de plus en plus larges et de plus en plus profonds qui se mettent en place, en s’adaptant aux conditions géologiques, les Allemands occupant partout les points les plus élevés. Cette guerre est en grande partie souterraine : il faut en effet aménager des abris profonds pour tenter de se prémunir des effets de l’artillerie lourde, qui domine le champ de bataille, où s’abriter, pour la première fois, sous des blockhaus en béton armé, les Allemands étant les maîtres en ce domaine.

 

La vie quotidienne des combattants, marquée par la régression brutale des conditions de survie, par l’ennui, par la peur, nous est bien connue grâce aux témoignages des combattants. On dispose, pour l’Artois, de remarquables témoignages, qu’il s’agisse de Barbusse, de Dorgelès, de Galtier-Boissière, du tonnelier Louis Barthas, pour les Français, ou des formidables Carnets de guerre d’Ernst Jünger, pour les Allemands.