N° 4 - L'occupation du Nord

70 % du département du Nord et 25 % du Pas-de-Calais sont soumis à la domination absolue de l’armée impériale d’octobre 1914 à octobre 1918 ; les populations sont totalement coupées du reste de la France.

Les Allemands ont rapidement invoqué les rigueurs du blocus allié, qui affame leur population, pour imposer un régime d’occupation particulièrement dur aux civils français. Les territoires occupés sont directement administrés par les services des armées qui multiplient les parades dans les villes, réquisitionnent les bâtiments publics pour loger les soldats et installer des hôpitaux, créent partout des lieux de détente pour les soldats en permission.

1915. Des troupes allemandes défilent sur la Grand-Place de Lille.
Archives départementales du Nord

Les Allemands se sont efforcés de prélever le maximum de ressources sur le territoire occupé : ils raflent l’or et la monnaie, imposent des contributions de guerre pour faire payer les frais d’entretien de leurs troupes, multiplient les taxes et les réquisitions de toute nature.
Ils saisissent l’essentiel des récoltes et des produits de l’élevage, démontent les machines dans les usines avant de détruire celles-ci ; l’ensemble des installations minières est dynamité en 1917 et 1918.

Les habitants ont rapidement souffert de pénuries alimentaires, mais l’intervention du Comité d’Alimentation du Nord de la France, créé à l’initiative des Américains, les sauve de la famine. L’occupant entreprend de supprimer toutes les libertés et met en place une véritable terreur administrative. Il évacue les « bouches inutiles », déporte des otages, impose le travail forcé à partir de la fin 1916.

 

La résistance organisée en zone occupée s’est concentrée sur trois activités : l’organisation de réseaux d’évasion de militaires alliés et de civils, la diffusion d’une presse clandestine, la collecte de renseignements au profit des Alliés. Cependant, à partir de 1916, toute forme de résistance organisée s’éteint dans le Nord occupé en raison de l’efficacité de la répression allemande. À partir de 1916, la population s’enfonce progressivement dans le désespoir et se concentre sur la survie.